Publication du décret sur l’inscription « automatique » à l’ordre infirmier

Publication du décret sur l’inscription « automatique » à l’ordre infirmier

Modèle lettre de refus : lettre_type_refus_coordonnees_personnelles

Le décret concernant l’inscription automatique à l’Ordre National des Infirmiers et des pédicures-podologues publié le 12 juillet 2018 est entré en vigueur le 13 juillet. Il présente les différentes étapes de la procédure qui doit aboutir à l’inscription des infirmiers et des pédicures-podologues salariés, en exercice à la parution du décret ou qui seront recrutés ultérieurement.

En pratique
Ce décret induit que les listes nominatives départementales, en vue de l’inscription au tableau de l’ordre, mentionnent les infirmiers et pédicures-podologues. Ces listes comportent les noms, adresses, lieux de naissances, titre de formation ou autorisation d’exercice, et adresses électroniques des professionnels. Les données sont transmises par les structures publiques ou privées employant les infirmiers au Conseil national de l’ordre infirmier (CNOI) et au Conseil national de l’ordre des pédicures-podologues (Cnopp) au plus tard le 15 du premier mois de chaque trimestre civil.

La CGT rappelle son opposition aux ordres paramédicaux.
Alors que tous les indicateurs sont au rouge : effectifs insuffisants, conditions de travail pénibles, services en sur occupation, soins dégradés, et salaires inadaptés, le gouvernement en rajoute une couche en publiant ce décret.
Face à toutes ces situations dramatiques vécues et dénoncées par les personnel.le.s du privé comme du public, la réponse attendue par les salarié.e.s n’est pas celle-là !

Il n’y a aucun avantage à adhérer à un Ordre.
L’ONI, en particulier, a largement fait preuve de son inutilité sur la question de la perte de la reconnaissance de la pénibilité, sur l’amélioration des conditions de l’exercice professionnel et sur la baisse drastique des effectifs dans les services.  En revanche, il sera bien utile à la Ministre de la santé pour imposer sa politique et tenter de museler les revendications des professionnel.le.s à l’heure où les mouvements de grève se multiplient !

L’ordre ne sait que réclamer sa « taxe » pour pouvoir fonctionner sur le dos des salariés.e.s. C’est une réponse totalement inadaptée aux difficultés rencontrées quotidiennement.

La CGT poursuivra sa lutte contre les ordres professionnels pour faire aboutir les revendications des salarié.e.s 

 

 

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article